Les larmes ....

Publié le par Claire de Lune

undefined
"Douces ou amères, les larmes soulagent toujours" (Alfred de Musset)

Puisse-t-il dire vrai !

Pour le moment j'ai le moral dans les chaussettes.

Je n'ai pratiquement pas dormi de la nuit et j'étais tentée de me réfugier sur mon blog mais il y a cette honte d'écrire quand ça ne va pas, honte de ne pas arriver à évacuer ce passé même si j'ai fait des progrès énormes au fil des années !  Je pourrais très bien ne plus être là avec ce que j'ai traversé.
Le titre de mon blog me gêne, il ne va pas avec ce que j'écris.
Je devrais l'appeler : "l'équarissage" !!!
grossefatiguef.gif
Mon virus que j'ai traîné pendant plus de 2 semaines m'a complètement épuisée donc je suis fragile.
Heureusement pour moi que je ne me suis pas adressée à mon médecin "référent" en qui je n'ai aucune confiance mais à sa collègue (ils sont 3 dans le cabinet) et elle est beaucoup plus réactive et à l'écoute.
Elle m'a envoyé chez l'Orl parce que j'avais un bouchon dans l'oreille (merci les cotons-tiges) mais bon ce n'est pas grave du tout.
J'ai saisi l'occasion pour lui parler des soit-disant acouphènes que j'avais. Le médecin "con"  sans écouter ce que je voulais lui dire m'a coupé la parole il y a 3 ans déjà en me disant : "il n'y a rien à faire, on ne sait pas d'où ça vient, il faut apprendre à vivre avec" Et toc !!! Problème réglé (pour lui).
Moi je ressens un battement dans ma tempe reproduisant les battements du pouls où du coeur, d'une incroyable régularité et ceci jour et nuit. C'est la nuit quand tout est silencieux que celà me dérange le plus, le jour c'est masqué par les bruits ambiants, donc supportable.medecins-10.jpg

C'était là l'occasion d'en parler à l'Orl qui après examen m'a dit que c'était un problème circulatoire et qu'il fallait que je passe un Doppler cervical pour voir au niveau de l'artère, ce genre de truc pouvant mener à une attaque cérébrale par la suite. Il se peut qu'il y ait une simple boucle dans l'artère ou alors elle est bouchée et il faudra opérer.

Il n'y a pas de quoi paniquer pour l'instant, j'ai RV le 11 février.

Mais voilà je suis fatiguée, je suis fragilisée et je m'isole dans mon coin. C'est dans ces moments que la solitude est difficile à supporter.

Je réfléchissais aussi à ce problème de solitude dans laquelle en général je me complais.
Je précise quand même, je ne suis pas seule, loin de là, je suis même très entourée (famille - amis) mais c'est mon rapport avec les hommes et j'en reviens à cette confiance en moi qui me fait si cruellement défaut.
J'ai tendance à régler mon problème en amont : je jette avant qu'on me jette !!!
Où est la logique là dedans ?
Je jette ......Celui qui est jeté doit faire avec !
Et pourquoi moi je ne peux pas faire avec si mon devait me jeter ???
On ne peut pas plaire à tout le monde (n'est-ce pas Marco) ??? C'est d'une logique !
Mais moi ça me renvoie sans doute systématiquement à mon enfance, adolescence et les paroles de ma mère résonnent à mes oreilles !!!
Mais combien d'entre nous ont eu cette éducation et ne trainent pas celà pour autant comme un boulet ???
Maintenant j'en arrive à me dire que vu mon âge, c'est trop tard, je n'arriverai plus à m'en sortir, il faudra que je vive avec ce sentiment d'infériorité chronique. Ne dit-on pas :
"on n 'apprend pas à un vieux singe (une vieille guenon en l'occurence) à faire des grimaces ??? (Cath si tu me lis....)
salutsinge.gif Et zut, j'en ai ras le bol d'être ce que je suis !!!
document.write('<'+'a class="N10 txtC20" h'); document.write('ref="/citation'); document.write('s/citabook/citabo'); document.write('ok.php" title="Dans mon citabook">><'+'/'+'a'+'>');

Publié dans Psy

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Morillon 09/01/2008 16:21

Les réflexions maternelles qui sabotent la confiance en soi dès l'enfance, je connais !!!
Apprendre pendant des annéeq à mettre des mots sur cette douleur ...Et un beau jour l'accepter ( cette douleur ...) du fond du coeur et se rendre compte que l'on peut pardonner ... parce que ... ce qui compte vraiment c'est ce qu'on peut faire de sa vie au présent ... Des portes s'ouvrent et on peut enfin s'aimer !!! OUF !!!
Voilà mon expérience de ces derniers mois et c'est génial ... Mais ... chacun a son cheminement et je te souhaite de continuer le tien , au travers des moments de bonheur et de tristesse ! Amicalement !
Janique

LE CHEMIN DU BONHEUR 08/01/2008 16:00

Même si ton blog s'appelle les jolies couleurs de l'automne, il peut y avoir ds raz de marée, des séismes en automne, et pourquoi n'en parlerais-tu pas ? Tu as toujours la possibilité comme je l'ai fait parfois d'effacer la note après. Mais, tout de même, ça soulage, de mettre ses maux par écrit.
Chaleureusement
Joëlle

cath 07/01/2008 13:30

Oh, ma Nanou, mais cherche vite un médecin, un vrai. Je sais que ce n’est pas évident, mais ne te laisse pas maltraiter par celui-là ! Car : Oui, c’est de la maltraitance !
Et pour le bruit du cœur dans l’oreille, moi j’ai cela dans l’oreille droite seulement ; et seulement de temps en temps. Mais là, depuis que j’ai repris le Prozac, ça arrive plus souvent et quand je suis allongée, c’est systématique.
Et Chéri a cela aussi de temps en temps ; le médecin aéronautique lui a dit de surveiller le sel, car ça semble être, dans son cas, un début d’hypertension. Mais il n’a pas de traitement pour le moment, car ce n’est pas permanent ; sa tension varie quand même. Il (le médecin) attend les 6 prochains mois pour voir et décider.
Mais toi, ma Belle, prends soin de toi ; exige des soignants qu’ils fassent correctement leur métier !
Tu vois, moi j’ai lâché ma psy. Elle n’a rien vu, M…. alors ! J’ai quand même essayé de mourir !!! NON, ce n’est pas exact : de ne plus souffrir. Mais j’ai avalé bien trop de cachets pour une simple « grosse nuit »….
Alors je ne me la raconte pas, parce que tu vois, j’analyse, et je ne suis pas fière du tout. J’ai très honte, même.
Mais je ne dois pas me fixer sur cet épisode, il paraît. Il faut que j’aille de l’avant.
Alors j’y vais.
Là, je suis au travail.
Dans le circuit.
Et tu vois, ça va mieux.
Ne t’isole pas, Nanou.
Sors, marche, vois des gens. Même si tu les soûles, tant pis ; toi, ça va te faire du bien et ça, c’est le plus important.
Je t’embrasse très fort.
C